Connect with us

Politique

Délabrement de l’École de la cité Gendarmerie 2 : Le Sudes parle de sabotage

Published

on


Enseignants et élèves de l’école élémentaire publique de la Cité Gendarmerie 2 de Keur Massar évoluent dans des conditions difficiles. Un constat jugé déplorable par la section locale du Syndicat unitaire et démocratique des enseignants du Sénégal (Sudes) qui parle de sabotage de l’école publique et interpelle les autorités sur cette situation.

Une école sans mur de clôture, fonctionnant avec quatre classes pédagogiques et ne disposant que de deux salles. Une des classes pédagogiques est délocalisée à plus d’un kilomètre dans un magasin désaffecté, et l’autre travaille en plein air à l’ombre des deux salles existantes, au gré de l’évolution du soleil. Ainsi, une bonne partie du temps de travail se fait journalièrement sous les rayons brûlants du soleil. Et le «brave et consciencieux» directeur de l’école, naturellement «sans» bureau, titulaire de la classe en plein air et ses élèves sont les principales victimes de cette situation «scandaleuse». C’est la situation à l’école élémentaire de la Cité Gendar­merie 2 de Keur Massar, selon la section locale du Syndicat unitaire et démocratique des enseignants du Sénégal (Sudes). Pour le syndicat, Keur Massar est une illustration du «sabotage» de l’école publique.
«La section unitaire de Keur Massar du Sudes condamne énergiquement le sort injuste et inacceptable réservé à cette école publique. Notre section unitaire exige sans délai la fin du calvaire pour les enseignants et les élèves de l’école élémentaire publique de la Cité Gendar­merie 2», expriment les syndicalistes dans un communiqué.
Après la dénonciation, ils exigent de l’Etat, plus exactement du ministère de l’Education nationale, la construction et l’équipement de plusieurs écoles élémentaires, Cem et lycées pour répondre à la demande d’éducation de la population qui «est contrainte d’inscrire leurs enfants dans les écoles privées parfois de piètre qualité».
Dans le même sillage, le syndicat exhorte les enseignants (es) de la commune à dénoncer les mauvaises conditions de travail et à se mobiliser avec le Sudes contre «le sabotage» de l’école publique et la «dévalorisation» de la profession enseignante.

Continue Reading
Comments