Connect with us

Uncategorized

Euro 2020 : Didier Deschamps a une vingtaine de noms à l’esprit pour sa liste

Dans un entretien donné au Parisien, Didier Deschamps a revisité l’actualité de 2020 et s’est projeté sur l’Euro qui attend les Bleus l’année prochaine (11 juin-11 juillet). Extraits. Sur l’engagement politique et sociétal de certains joueurs « Avant d’être des personnages publics, ce sont des citoyens avec leur propre sensibilité, leurs convictions et leur ressenti. Je ne suis pas…

Published

on

Euro 2020 : Didier Deschamps a une vingtaine de noms à l’esprit pour sa liste

Dans les colonnes du Parisien, mercredi, Didier Deschamps s’est exprimé sur de nombreux sujets, dont la liste des 23 pour l’Euro 2020 reporté à l’été prochain (11 juin-11 juillet). S’il a bien à ce jour une vingtaine de noms en tête, il sait que beauco…,

Dans un entretien donné au Parisien, Didier Deschamps a revisité l’actualité de 2020 et s’est projeté sur l’Euro qui attend les Bleus l’année prochaine (11 juin-11 juillet). Extraits.

Sur l’engagement politique et sociétal de certains joueurs

« Avant d’être des personnages publics, ce sont des citoyens avec leur propre sensibilité, leurs convictions et leur ressenti. Je ne suis pas là pour leur imposer quoi que ce soit »

Deschamps estime que les footballeurs, notamment de l’équipe de France, doivent faire attention à l’interprétation de leurs prises de position sur l’actualité. S’il comprend que les joueurs expriment « leurs convictions et leur ressenti », il précise que « personne ne fait jamais l’unanimité. Le footballeur international, de par sa notoriété, à valeur d’exemple auprès des plus jeunes. Les joueurs ne sont pas des robots, ils ont pu dire des choses qu’ils auraient été susceptibles d’exprimer différemment. Avant d’être des personnages publics, ce sont des citoyens avec leur propre sensibilité, leurs convictions et leur ressenti. Je ne suis pas là pour leur imposer quoi que ce soit. Tout au plus les mettre en garde par rapport aux éventuelles conséquences […] chacun est libre de se faire entendre un jour quitte, ensuite, à rétropédaler ou à dire l’inverse le lendemain. »

Récemment, Antoine Griezmann, Kylian Mbappé, notamment, ont dénoncé les violences policières en France à la suite de la vidéo montrant Michel Zecler, un producteur de musique noir, être frappé violemment par des policiers à Paris. Quelques jours plus tard, Griezmann a pris la décision remarquée de mettre un terme à un partenariat avec l’entreprise chinoise Huawei, accusée d’aider à la répression des Ouïghours.

Le sélectionneur confie par ailleurs s’imposer un devoir de réserve sur les sujets concernant « des domaines plus sensibles » que le football comme, notamment, la pandémie de Covid-19 : « Quand je ne maîtrise pas un sujet, où je n’ai ni les tenants ni les aboutissants, je préfère être dans la retenue et m’abstenir. La fermer comme on dit. Sur le vaccin contre le coronavirus par exemple, tout le monde peut avoir un avis mais j’estime que c’est aux spécialistes de s’exprimer. […] Je n’ai aucune envie d’ajouter de la confusion à de la confusion, ni de brouiller les messages. »

« Ce n’est pas seulement une mauvaise nouvelle pour les clubs mais aussi pour toutes les activités qu’ils génèrent et qui contribuent, notamment, à la santé de leur tissu économique local »

« Déjà, j’ai une pensée pour les journalistes et les techniciens de la chaîne Téléfoot, dont l’emploi est menacé. Ce retrait m’inspire de l’inquiétude. J’espère qu’une alternative satisfaisante pourra voir le jour. Je suis d’une nature optimiste mais nul ne sait quelle sera la situation dans un ou deux mois. Le football français, déjà impacté par la pandémie, se retrouve en très grande difficulté. Ce n’est pas seulement une mauvaise nouvelle pour les clubs mais aussi pour toutes les activités qu’ils génèrent et qui contribuent, notamment, à la santé de leur tissu économique local. »

Sur sa future liste des 23 pour l’Euro

« J’ai lu que je connaissais déjà les vingt-trois. J’ai du mal me faire comprendre. […] Si tous les joueurs sont disponibles, j’ai une vingtaine de noms à l’esprit »

« J’ai lu que je connaissais déjà les vingt-trois. J’ai du mal me faire comprendre. Bien sûr, je pourrais donner une liste aujourd’hui. Mais elle serait différente de celle de mai 2021. Il peut se passer tellement de choses en cinq mois… Si tous les joueurs sont disponibles, j’ai une vingtaine de noms à l’esprit. Des habitués de la sélection, qui détiennent un vécu. Je vais être confronté à des choix très difficiles, vu le nombre et la qualité des joueurs qui peuvent prétendre ou mériteraient de participer à l’Euro. »

Sur les adversaires à l’Euro

« Lors des précédents tournois internationaux, on pouvait envisager une montée en puissance. Ce ne sera pas possible en juin prochain. Il faudra être prêt dès le premier match (contre l’Allemagne) »

« On n’a jamais vu ça auparavant. D’ordinaire, deux nations de premier plan peuvent figurer dans une même poule. Là, il y en a trois et je ne veux pas oublier la Hongrie, qui jouera chez elle. Ce groupe est très difficile pour nous comme pour nos adversaires. Lors des précédents tournois internationaux, on pouvait envisager une montée en puissance. Ce ne sera pas possible en juin prochain. Il faudra être prêt dès le premier match. Pour nous, ce sera l’Allemagne. À Munich. Un Euro réussi ? Aller le plus loin possible et donc au bout. Ce n’est pas un manque d’humilité. Il faut clairement avoir ce but en tête. Il y a déjà un premier tour essentiel puisqu’il conditionne la suite. »

publié le 16 décembre 2020 à 11h31

Continue Reading
Comments