Connect with us

Santé

Le Début De La Vaccination Contre Le Coronavirus Fixé En France

Published

on


Le Premier ministre et le ministre de la Santé en France, Olivier Véran, ont exposé ce mercredi la stratégie vaccinale du gouvernement devant les députés, avant un débat sans vote.

Quelle stratégie vaccinale dans le dispositif de lutte contre le Covid-19 ? Jean Castex a présenté ce mercredi 16 décembre le plan de l’exécutif à l’Assemblée nationale. « Les premières vaccinations seront réalisées dès la dernière semaine du mois de décembre, avant de monter en puissance début janvier », a annoncé le Premier ministre, « si les conditions sont réunies ».

Des annonces très attendues à quelques semaines du démarrage prévu d’une campagne qui inspire à la fois de la défiance et de l’impatience aux Français.


1 million de personnes concernées

« La deuxième vague est d’une violence redoutable », a-t-il martelé devant les députés. « Ce virus ne perd pas en intensité, au contraire, il continue de faire des victimes. »

« L’arrivée du vaccin marquera un tournant dans la lutte contre la Covid », a-t-il assuré, avant une mise en garde : « le début de la campagne vaccinale ne va pas marquer la fin de l’épidémie ».

Le Premier ministre et le ministre de la Santé Olivier Véran se sont exprimés devant les députés, avant un débat sans vote. Le même exercice aura ensuite lieu jeudi devant le Sénat, à majorité de droite.

« Jouer la transparence »

« L’objectif, souligne Matignon, est de jouer la carte de la transparence totale, de la concertation et de l’échange, parce que c’est par là qu’on gagnera la confiance. »

« Chaque Français pourra se faire son idée », ajoute le président de l’Assemblée Richard Ferrand (LREM), conscient que la défiance est particulièrement forte en France, où 59 072 personnes sont mortes du Covid-19 depuis le début de l’épidémie.

Un débat d’autant plus attendu que la vaccination inspire à la fois de la défiance et de l’impatience aux Français. Selon un sondage de l’agence sanitaire Santé publique France, seule la moitié (53 %) des Français interrogés en novembre veut se faire vacciner, contre deux tiers (64 %) en juillet, un chiffre parmi les plus faibles au monde.

NouvelObs

Continue Reading
Comments