Connect with us

Société

« Nous voulons gouverner autrement »

Published

on


Lors de son investiture, le président de la République nouvellement élu en République de Guinée a prêté serment ce mardi. Alpha Condé a lancé un message au peuple guinéen pour une réconciliation nationale pour le bien de la Guinée. Ainsi, il appelle l’opposition à taire leurs différences et intérêts personnels pour le bien commun de la Guinée.

 

« La Guinée a besoin d’un vrai sursaut national afin de consolider notre commun désir de vivre ensemble fondé sur l’intérêt national et le respect de nos institutions. Les fondements de notre démocratie ont été souvent ébranlés par les actes politiques et tensions sociales ».  

 

Il poursuit, « je réitère devant la nation mon engagement à évoluer pour tous, à la fin de cette histoire et pour notre avenir. Le pays a besoin d’un véritable sursaut national dans le cadre d’une unité nationale et la coexistence sociale. Je suis le président de tous les guinéens au service de tous les guinéens. J’appelle à tous les guinéens d’oublier le passé qui divise. Je mesure la responsabilité de toutes les attentes. Chacun à la place où il est, est invité à changer les guinéens et à apporter le meilleur de lui-même pour les guinéens.

 

Poursuivant, Alpha Condé se projette déjà dans son troisième mandat. Il rassure le peuple Guinéen du mode de gestion qu’il compte adopter au service des Guinéens. « Nous nous engageons à lutter avec fermeté contre la corruption qui gangrène l’économie de notre pays, le copinage, le clientélisme. 

 

Nous voulons gouverner autrement

 

Cela veut dire, travailler pour les couches les plus vulnérables. Cela veut dire que les ministres et les hauts fonctionnaires doivent être au service du peuple et non à leur service ou au service de leurs familles … Dans la déclaration des biens, nous exigerons que non seulement les ministres déclarent leurs biens, mais ceux de leurs femmes et de leurs enfants », promet Alpha Condé.

 

« Nous allons installer à la présidence une structure. Toutes les sociétés seront passées au crible. Toute société qui appartient à la femme ou au fils d’un ministre, à un directeur général d’une régie sera exclu définitivement des contrats publics… », promet le président élu.