1. football
  2. ligue 1

François Tesson
23h36 – 15 décembre 2020

Trulli

Précédent
Suivant

  • 1/12

    Dimitri Payet

    Le n°10 olympien a bien aimé faire disjoncter les Parisiens.

  • 2/12

    Dimitri Payet

    Il avait pris pas mal de coups dans ce match…

  • 3/12

    Dimitri Payet

    Le meneur de l’OM revient sur les critiques dont il a fait l’objet.

  • 4/12

    OM-Monaco en images

    Sixième victoire consécutive en Ligue 1, personne ne fait mieux dans les cinq grands championnats.

  • 5/12

    OM-Monaco en images

    Les Phocéens sont en grande forme en championnat.

  • 6/12

    OM-Monaco en images

    Florian Thauvin a ouvert le score.

  • 7/12

    OM-Monaco en images

    Dario Benedetto a doublé la mise.

  • 8/12

    OM-Monaco en images

    Le duo gagnant du jour pour l’OM.

  • 9/12

    OM-Monaco en images

    Steve Mandanda a tenu bon en fin de match.

  • 10/12

    OM-Monaco en images

    C’est Ricardo Carvalho qui remplaçait André Villas-Boas, suspendu.

  • 11/12

    OM-Monaco en images

    Les Marseillais peuvent avoir le sourire.

  • 12/12

    OM-Monaco en images

    Il suffisait de demander…

Dimitri Payet assume son plaisir de chambrer le Paris Saint-Germain. Et se souvient de la façon dont il a su faire disjoncter Neymar et ses coéquipiers.

C’est l’un des très gros coups réalisés par l’Olympique de Marseille en championnat. En septembre, les Phocéens se sont imposés au Parc des Princes (0-1) pour la première fois depuis plus de deux ans. Une rencontre qui avait démarré quelques semaines plus tôt, par le chambrage de Dimitri Payet après la défaite du PSG en finale de la Ligue des champions.

Ce comportement, Payet l’avait assumé avant les retrouvailles entre les deux clubs. Trois mois, il n’éprouve absolument aucun regret. « Pas du tout. J’aimerais même continuer, assure-t-il dans les colonnes de L’Equipe. Ça fait partie du jeu, il ne faut pas le prendre au premier degré. Mais je me suis rendu compte d’une chose : ce n’est pas le PSG qui m’a répondu, même si Presnel (Kimpembe) l’a fait de bonne guerre en conférence de presse. Non, ma surprise, c’est qu’il y ait autant de supporters de Paris dans les médias. »

Payet avait mal aux chevilles après le match

Sur le terrain, l’ambiance avait été délétère. On se souvient des cinq cartons rouges qui avaient émaillé la fin de rencontre. Payet avait été au centre des débats, mais il s’en était délecté. « Je me suis réveillé le lendemain avec des douleurs aux chevilles, raconte-t-il. Je ne pensais pas qu’un tweet pouvait les faire dérailler comme ça. Tant mieux, ça nous a permis de prendre trois points là-bas. Ce jour-là, on a su rester dans le match. » 

Vivement les retrouvailles entre les deux clubs, en janvier pour le Trophée des champions, et début février au Vélodrome pour le match retour en championnat.

Lire aussi:


Payet: « En marquant trois buts, j’ai perdu 4 kilos »



Payet, le constat est terrible


L’OM trop gourmand pour Kamara ?