Connect with us

Politique

22 Décembre 2011, Ndiaga Diouf Est Tué Devant La Mairie De Mermoz Sacré-coeur

Published

on


A l’approche de la présidentielle de 2012, le Sénégal vit une tension jamais constatée avant. Une situation préélectorale tendue au point qu’on dénombrera une dizaine de morts. Même si le président Wade assimile ces morts et les contestations à une petite brise, le constat est que le bilan macabre était assez parleur de l’enjeu électoral de février 2012. C’est dans ce contexte de violence préélectorale que tombera Ndiaga Diouf, le 22 décembre 2011, sous les coups supposés du maire Barthélémy Diaz.

Malgré la mobilisation hostile le 23 juin 2011, le régime de Wade continue de se montrer intraitable. Affaibli par la reculade sur le quart-bloquant et le ticket qu’il voulut instaurer pour la présidentielle de février 2012, Maitre Abdoulaye Wade est assailli de toutes parts par une opposition qui décide de mobiliser le 23 de chaque mois, sous la houlette du Mouvement du 23 juin.

Sélectionné pour vous : Homicide involontaire : le procès en appel de Barthélémy Dias reporté

Acteur majeur de l’opposition, le maire de Mermoz, Barthélémy Diaz, s’érige en véritable empêcheur de tourner en rond pour le régime présidentiel. Le 22 décembre 2011, le maire est la cible d’une attaque de nervis commanditée par des responsables du parti au pouvoir. Au cours de leur «  »mission », un nervis du nom de Ndiaga Diouf est tué. Barthélémy Diaz brandit l’argument de la légitime défense, réconfortée par le fait que  tout se soit passé devant sa mairie.

Poursuivi pour les délits de coups et blessures volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner, le maire socialiste sera  incarcéré , il sera ainsi absent même de l’élection 2012. Après son élection, Macky Sall le fait libérer. Tout de même, Barthélémy Diaz sera jugé plus tard puis condamné à deux ans de prison dont 6 mois ferme.

Par Ababacar Gaye/SeneNews

[email protected]

Continue Reading
Comments