Connect with us

Uncategorized

Cinq choses à savoir sur Mauricio Pochettino, (probable) futur coach du PSG

L’ancien entraîneur de Tottenham est attendu à Paris pour prendre la suite de Thomas Tuchel. Focus. 17 ans après son départ comme joueur, Mauricio Pochettino est attendu à Paris comme entraîneur. La nouvelle n’est pas encore confirmée, mais diverses sources annoncent que l’Argentin sera le successeur de Thomas Tuchel. L’occasion de redécouvrir l’homme, le joueur,…

Published

on

Cinq choses à savoir sur Mauricio Pochettino, (probable) futur coach du PSG

L’ancien entraîneur de Tottenham est attendu à Paris pour prendre la suite de Thomas Tuchel. Focus.,

L’ancien entraîneur de Tottenham est attendu à Paris pour prendre la suite de Thomas Tuchel. Focus.

17 ans après son départ comme joueur, Mauricio Pochettino est attendu à Paris comme entraîneur. La nouvelle n’est pas encore confirmée, mais diverses sources annoncent que l’Argentin sera le successeur de Thomas Tuchel. L’occasion de redécouvrir l’homme, le joueur, le coach.

Disciple de Marco Bielsa

Lors de ses débuts chez les professionnels, en 1988, au sein du club argentin de Newell’s Old Boys, Mauricio Pochettino évoluait sous les ordres d’un certain Marcelo Bielsa, son mentor. «Je l’aimerai toujours, je serai toujours avec lui, c’est une personne importante pour moi et il m’a aidé à construire ma carrière comme joueur», disait-il encore récemment de celui que l’on surnomme «El Loco». Affection partagée par l’actuel entraîneur de Leeds, qui déclarait ceci après le limogeage de son élève à Tottenham : «J’apprécie et je respecte énormément Mauricio. Les plus grands clubs vont essayer de l’engager.» Le technicien de 48 ans a toutefois tracé sa propre route, refusant de copier le modèle Bielsa. «J’ai passé des heures et des heures à travailler avec des entraîneurs expérimentés et j’ai beaucoup appris de chacun d’eux, sans n’avoir jamais essayé d’en copier un en particulier, disait-il en 2016 sur le site de l’UEFA. Je voulais construire quelque chose qui m’est propre, quelque chose d’innovant, qui n’appartient qu’à moi. Il faut se créer ses propres idées, sa propre philosophie de jeu.» Des idées et une philosophie qui ont séduit Paris.

» LIRE AUSSI – Thomas Tuchel au PSG en chiffres

Il a joué au PSG…

Lors de son deuxième passage parisien, entre décembre 2000 et juin 2003, Luis Fernandez a misé sur le marché espagnol et hispanophone. Période au cours de laquelle il a notamment attiré Pochettino en provenance de l’Espanyol Barcelone, où il a évolué de 1994 à janvier 2001 et de janvier 2004 à la fin de sa carrière, en 2006 (281 matches, 14 buts). Un transfert estimé à environ 35 millions… de francs à l’époque, soit 5,34 millions d’euros. S’ils avaient consenti à le laisser filer, c’est que les dirigeants du club catalans étaient face à une situation financière compliquée. Le défenseur central argentin aura en tout cas passé deux saisons et demi dans la capitale, portant le maillot rouge et bleu à 95 reprises (6 buts). Avec lui, le PSG avait notamment terminé quatrième en Ligue 1 au terme de la saison 2001-02 et atteint la finale de la Coupe de France, en 2003. Après Paris et avant de retourner à l’Espanyol pour finir sa carrière, Pochettino a aussi porté les couleurs de Bordeaux (16 matches, 1 but).

… et a dit «rêver» d’y revenir comme entraîneur

Alors qu’il était en poste à Tottenham et que Laurent Blanc était à Paris, en 2016, Mauricio Pochettino avait déclaré ceci sur RMC : «C’est vrai que cela me plairait d’être l’entraîneur du PSG. Cela fait partie de mes rêves. Donc pourquoi pas ? Je suis l’actualité du PSG.» Il va très vite s’y retrouver plongé. A noter que le natif de Murphy en Argentine était aussi lié à Tottenham comme coach qu’il l’avait été à l’Espagnyol, comme joueur. «Je veux rester ici toute ma carrière», disait-il en 2018. Pochettino a aussi expliqué qu’il «rêve» d’entraîner les Newell’s Old Boys et d’être sélectionneur de l’Argentine. «Ce sont deux de mes rêves, comme d’amener Tottenham le plus haut possible», disait-il à Marca, avant d’affronter le Barça en Ligue des champions. Et justement, coacher le FC Barcelone ne fait pas (du tout) partie de son plan de carrière. «J’ai beaucoup d’amis à Barcelone, au Barça, et j’ai beaucoup de respect pour eux, mais nos parcours opposés et c’est impossible», avait-il affirmé, lui l’ancien de l’Espanyol. Rappelons que le prochain adversaire du PSG (et de Pochettino) en C1, c’est… le Barça, les 16 février et 10 mars, en 8es de finale. 

Palmarès vierge

En tant qu’entraîneur, Mauricio Pochettino n’a rien gagné, pas le moindre trophée, pas la moindre petite coupe. Quoique, avoir sorti Tottenham de la «lose» dans laquelle le club était englué depuis de nombreuses années, avoir amené les Spurs jusqu’en finale de C1, ça vaut bien un titre… Rappelons qu’il a entraîné trois clubs jusqu’ici, l’Espanyol (janvier 2009-novembre 2012), Southampton (janvier 2013-2014) et Tottenham (2014-novembre 2019). En tant que joueur, il a participé à la conquête de la Coupe d’Espagne en 2000 à l’Espanyol Barcelone. Son seul titre en carrière.

» LIRE AUSSI – PSG : Tuchel prend la porte, Pochettino en approche

Avec l’Argentine à la Coupe du monde 2002

De mars 1999 contre les Pays-Bas (1-1) à novembre 2002 contre le Japon (victoire 2-0), Mauricio Pochettino a honoré 22 capes avec l’équipe nationale d’Argentine (2 buts). Titulaire en défense avec Walter Samuel, Diego Placente ou encore Javier Zanetti, l’ancien Parisien avait participé au court passage de l’Albiceleste à la Coupe du monde 2002 en Corée du Sud et au Japon. Gabriel Batistuta, Juan Sebastian Veron, Diego Simeone, Ariel Ortega et compagnie n’y avaient guère brillé et avaient même pris la porte dès le premier tour, à l’image de l’équipe de France. Après une victoire inaugurale contre le Nigeria (1-0), les Argentins avaient notamment cédé face à l’Angleterre (0-1) sur un penalty provoqué par… Mauricio Pochettino pour une faute sur Michael Owen à l’entrée de la surface, et ensuite concédé le nul face à la Suède (1-1). A noter que ledit Pochettino était proche d’égaliser contre les Three Lions, de la tête. Il s’est heurté à un grand David Seaman sur ce coup-là… 

De Fernandez à Kombouaré, ils ont joué et entraîné au PSG (diaporama)

Continue Reading
Comments