Connect with us

Politique

FEDE VOLLEY – Polémique avant l’Ag élective de ce dimanche : La guerre des «Amadou» aura bien lieu… sur fond de manœuvres politico-sportives

Published

on


Le volley-ball sénégalais devrait avoir un nouveau patron à l’issue de l’Assemblée générale élective, prévue ce dimanche matin, au stade Léopold Senghor. Une élection sur fond de polémique, marquée par la démarche «partisane» du ministre des Sports, Matar Ba, qui a vite fait de choisir «son» candidat. Ambiance !

Peu médiatisé, le volley-ball sénégalais fait pourtant le buzz ces deniers jours. Le prétexte : la tenue de l’Assemblée générale élective de l’instance fédérale prévue demain dimanche 27 décembre au stade Léopold Senghor, avec comme enjeu le poste de président de Fédération sénégalaise de volley-ball (Fsvb).
C’est ainsi que deux candidats sont en lice pour diriger le volley sénégalais et succéder au président sortant Mamadou Ndoye. Il s’agit de Amadou Sène, candidat malheureux à la présidence de la Fsvb en 2016, et Amadou Anna Sène, actuel sélectionneur national de l’Equipe féminine. Jusque-là pas de problème.

La démarche «partisane» de Matar Ba sur le choix des cooptés
Mais c’est au moment de la publication de la liste des noms des quatre cooptés de la tutelle que la polémique s’est fait jour.
Et c’est le président de la Ligue de Dakar, Issa Touré, qui sonne la révolte. «Ce que nous déplorons, c’est un peu le choix du ministère des Sports par rapport aux cooptés. Une grande injustice a été notée», confie à Stades le partisan du candidat Amadou Anna Sèye. Qui accuse Matar Ba de partisan pour avoir zappé les cooptés proposés par leur candidat. «Le ministre des Sports a choisi les 4 cooptés uniquement dans le camp de Amadou Sène. Certes ce sont ses prérogatives, mais elles sont sous-tendues par une chose : on choisit des gens pour venir aider le volley-ball. Et tout le monde sait que durant ces 4 dernières années, il y a eu énormément de problèmes au volley-ball», confesse M. Touré, par ailleurs vice-président du Duc. Ce dernier dit ne pas comprendre que Ndèye Fatou Sall, actuelle secrétaire générale de la Fsvb et ancienne internationale, ne soit pas cooptée alors qu’elle est créditée d’un bon travail.
Et le vrai enjeu du choix des cooptés du camp de Amadou Sène, selon le président de la Ligue de Dakar, est que par rapport au collège électoral de 19 clubs, «si un camp a un tiers avec les 4 cooptés, il s’offre le fauteuil présidentiel», avertit Issa Touré qui pense que Matar Ba «a porté un coup énorme au volley-ball, mais nous restons confiants».

Quand les politiciens entrent en jeu
Cette polémique est «moussée» par «la montée au filet» des politiciens. En effet, selon certaines indiscrétions captées par Le Quotidien, des responsables politiques de Rufisque sont entrés en jeu dans cette élection. En effet, on les soupçonne de rouler pour le Rufisquois Amadou Sène, à travers un lobby intense activé en direction du ministère des Sports.
Vrai ou faux ? Ce qui est sûr, on aura droit à une Ag sous haute tension demain à «Senghor».

LE CLOU  – Vivement la fin des cooptés !
Dans le passé, la tutelle s’appuyait sur ses cooptés pour faire passer «son» candidat lors des élections pour le poste de président au sein des Fédérations. Mais depuis, les choses ont évolué suite à une large tendance consistant à mettre fin à une telle démarche. C’est ainsi que le pouvoir de ces cooptés a fortement diminué. Prenons l’exemple de la Fédé de basket où avant un coopté pouvait se présenter comme candidat à la présidence (cas de Baba Tandian). Ce qui n’est plus le cas. Le football est allé plus loin en biffant de ses textes les cooptés. Vivement donc la fin des cooptés ! Ce qui donnerait aux Fédérations plus d’indépendance.

Continue Reading
Comments