Connect with us

Société

Polémique autour du 3e mandat / Me Doudou Ndoye 'clôt le débat' : « Personne ne peut empêcher le président Macky Sall d'être candidat en 2024 »

Published

on


Le juriste et homme politique sénégalais, Me Doudou Ndoye va probablement susciter une autre analyse concernant le troisième mandat sur lequel il s’est exprimé. Le président Macky Sall sera-t-il de nouveau candidat ou pas? A t-il le droit de se représenter après deux mandats consécutifs? Des questions qui, selon Me Doudou Ndoye, ont trouvé leur réponse et que les sénégalais ne parviennent toujours pas à décortiquer.

À en croire l’avocat,  » Macky Sall a bel et bien le droit d’être candidat pour les prochaines élections présidentielles de 2024″. Dans une logique explicative, l’avocat considère qu’ aucune loi ni constitution ne peut lui interdire d’être candidat. Invité de l’émission Jury du Dimanche sur Iradio, l’ancien ministre de la justice sous le régime de Abdou Diouf estime que si l’on se réfère à cette constitution, (qu’il n’a d’ailleurs pas voté), le président Macky Sall peut bien être candidat. D’ailleurs, renchérit l’avocat,  » le code électoral dit que : « peut être candidat telle ou telle personne qui remplit telle ou telle autre condition. Toutefois, il n’y est pas précisé que celui qui est président de la République ne peut pas être candidat. « Au sens des lois et de la constitution, aucune candidature, de qui que ce soit n’est interdite pour des raisons de mandat.

Ainsi, fera savoir le juriste, « il ne faut guère confondre les états d’âme du droit ». L’ancien ministre de la justice invoque ce que dit la constitution pour étayer ses propos concernant cette question. « La constitution, dans son article 27, dit clairement que nul ne peut faire plus de 2 mandats consécutifs ». Il faudra préciser toutefois que dans les articles qui suivent, c’est-à-dire le 28 et le 29, parlent de candidature, pour ainsi faire savoir que « le mandat ne dépendra que de la volonté et la décision du peuple.

Concernant le mandat, Me Doudou Ndoye précise :  » si le président de la république perd les élections après s’être présenté comme candidat, la question du mandat ne se pose plus, mais s’il gagne, on aura en ce moment, un grave problème constitutionnel que le président Wade avait résolu en imposant son référendum de 2001 et que le général De Gaulle également avait résolu en faisant sa constitution de 1962″.  Ainsi,  évoquant l’histoire constitutionnelle et parlant de droit, Me Doudou Ndoye estime que si la volonté populaire s’exprime, rien n’empêche Macky Sall d’avoir un troisième mandat.  » Le conseil constitutionnel et le conseil d’Etat ont dit que la volonté populaire, quand elle s’exprime, ils ne peuvent trancher, c’est le peuple qui est au dessus de la constitution et des lois. Qu’il s’arrange pour qu’il ne gagne pas, sinon Macky Sall fera son troisième mandat » conclut Me Doudou Ndoye.

Dans son argumentation, l’avocat considère alors que le problème ne se posera que si le président Macky Sall gagne. Par contre, si la volonté populaire s’exprime de manière écrasante, rien ne peut empêcher le président Macky Sall de faire un troisième mandat…


www.dakaractu.com

Continue Reading
Comments