Connect with us

attaque

Violences à Marseille : l’OM condamne une « inacceptable attaque »

FOOTBALL – La tension a été vive ce samedi entre les supporters de l’OM et la direction du club. De nombreuses banderoles ont été déployées samedi à Marseille, avant une manifestation surprise qui a dégénéré devant le centre d’entrainement. Le match prévu dans la soirée a été reporté, le club phocéen a annoncé qu’il allait…

Published

on

Violences à Marseille : l’OM condamne une « inacceptable attaque »

FOOTBALL – La tension a été vive ce samedi entre les supporters de l’OM et la direction du club. De nombreuses banderoles ont été déployées samedi à Marseille, avant une manifestation surprise qui a dégénéré devant le centre d’entrainement. Le match prévu dan…,

FOOTBALL – La tension a été vive ce samedi entre les supporters de l’OM et la direction du club. De nombreuses banderoles ont été déployées samedi à Marseille, avant une manifestation surprise qui a dégénéré devant le centre d’entrainement. Le match prévu dans la soirée a été reporté, le club phocéen a annoncé qu’il allait porter plainte.

– TG

L’Olympique de Marseille (OM) a dénoncé samedi 30 janvier 2021 une « inacceptable attaque » et « un déchaînement de violence injustifiable » après l’intrusion de supporters du club au sein de son centre d’entraînement et a annoncé plusieurs dépôts de plaintes à venir. « Malgré l’intervention des forces de l’ordre, un déchaînement de violence injustifiable a mis en danger la vie des personnes présentes sur place (joueurs, staff, forces de l’ordre, agents de sécurité, salariés). Les dégradations à l’intérieur des bâtiments s’élèvent à plusieurs centaines de milliers d’euros », a précisé le club.  

« Des vols ont été perpétrés et des véhicules ont été endommagés. Cinq arbres ont été brûlés avec la seule volonté de détruire. Les dégradations à l’intérieur des bâtiments s’élèvent à plusieurs centaines de milliers d’euros », écrit dans un communiqué le club marseillais, dont le match face à Rennes, initialement prévu à 21 heures, a été reporté à une date ultérieure.

Retour sur une journée de tensions

Samedi 30 janvier, en début d’après-midi, la colère des supporters marseillais a explosé. A quelques heures du coup d’envoi du match Marseille-Rennes, plusieurs banderoles ont été déployées dans la ville pour s’en prendre à la direction du club. Des dizaines de personnes ont également mené une action coup de poing devant la Commanderie, le centre d’entrainement de l’OM. Des incidents qui ont contraint le club à demander le report du match prévu dans la soirée, a annoncé la Ligue.

La manifestation, organisée depuis plusieurs jours, a débuté à proximité du centre en début d’après-midi. La tension est montée d’un cran quand des fumigènes et des feux d’artifices ont été lancées à l’intérieur de l’enceinte. Un arbre a pris feu, alors que des tentatives d’intrusion se déroulaient. Selon la préfecture de police, 300 individus ont « violemment pris à partie les policiers présents ».  Il y a eu 25 interpellations, après ces tensions qui ont duré une trentaine de minutes, a rapporté La Provence.

« Dégage d’ici »

L’ambiance est électrique à Marseille depuis plusieurs semaines : des opérations de contestation sont organisées par des supporters de l’OM, avant les matches à domicile. Ce samedi, le déploiement de banderoles a été particulièrement massif avec des dizaines de messages apparus un peu partout dans la ville. 

Plusieurs de ces messages visent directement le président Jacques-Henri Eyraud, très impopulaire parmi les supporters de l’OM, particulièrement remontés contre lui après une intervention dans une conférence sur le management lors de laquelle il avait évoqué le « danger » à avoir trop de Marseillais ou de supporters de l’OM au sein du club. « JHE : Pas de Marseillais à l’OM ? Dégage d’ici », pouvait-on ainsi lire sur une banderole déployée au-dessus d’une voie rapide, et « JHE, Marseille te vomit » sur une autre installée rond-point du Prado, à quelques mètres du stade Vélodrome.

Lire aussi

« Nous sommes des joueurs de football et une crise sportive ne peut en aucun cas justifier un tel déferlement de violence. L’heure est à l’apaisement », a pour sa part déclaré Steve Mandanda, le capitaine de l’équipe.

Sur le même sujet

  • Olympique de Marseille

  • Marseille

  • PSG-OM : Neymar et Alvaro Gonzalez poursuivent leur duel sur Twitter

  • REVIVEZ – PSG-OM (2-1) : premier trophée (des champions) pour Mauricio Pochettino

  • Première recrue hivernale de l’OM, que vaut le latéral droit Pol Lirola ?

  • Les supporters marseillais s’attaquent à leur club

  • Jean Le Cam : les leçons d’un vieux loup de mer

  • Mondial de hand : la France s’incline face à la Suède aux portes de la finale

  • Les articles les plus lus

    Pas de reconfinement immédiat : les raisons qui ont poussé Emmanuel Macron à faire ce choix

    Nouvelles règles pour les centres commerciaux et magasins : les lieux qui ferment et ceux qui restent ouverts

    Centres commerciaux fermés mais pas de confinement : ce qu’il faut retenir des annonces surprises de Jean Castex

    Est-il possible de destituer un président de la République via l’article 68, comme le suggère Francis Lalanne ?

    Covid-19 : le nombre de cas chez les enfants en nette hausse ces derniers jours ?

    Continue Reading
    Comments