Connect with us

France

Stade Rennais. Le récit de la journée du match reporté face à l’OM -France éditions locales

Les supporters marseillais se sont introduits et ont fait des dégâts à la Commanderie samedi après-midi. La LFP a décidé de reporter le match de Ligue 1 entre l’OM et le Stade Rennais à une date ultérieure. Plusieurs centaines de supporters marseillais se sont rassemblés autour de la Commanderie, le centre d’entraînement de l’OM, samedi…

Published

on

,

Les supporters marseillais se sont introduits et ont fait des dégâts à la Commanderie samedi après-midi. La LFP a décidé de reporter le match de Ligue 1 entre l’OM et le Stade Rennais à une date ultérieure.

Plusieurs centaines de supporters marseillais se sont rassemblés autour de la Commanderie, le centre d’entraînement de l’OM, samedi après-midi, avant d’allumer fumigènes, pétards et feux d’artifice.

Plusieurs centaines de supporters marseillais se sont rassemblés autour de la Commanderie, le centre d’entraînement de l’OM, samedi après-midi, avant d’allumer fumigènes, pétards et feux d’artifice. | LA PROVENCE


Ouest-France


Florent BIBILONI.


Publié le

Le Stade Rennais avait mis le feu, au sens figuré, à Marseille en infligeant un cinglant 2-5 au Vélodrome en 2016. Cette fois, les supporters olympiens l’ont mis au sens propre du terme. En conséquence, le match a été reporté à une date ultérieure. Décision prise par la LFP à 17 h 45 au vu des incidents survenus en début d’après-midi au centre d’entraînement de la Commanderie. Vers 18 h 30, les joueurs et le staff du Stade Rennais ont rallié la Bretagne en avion.

LIRE AUSSI. OM. Comment la colère des fans marseillais a poussé au report du match contre le Stade Rennais

Dès la fin de matinée, les supporters de l’OM lançaient les hostilités en déployant plusieurs dizaines de banderoles véhémentes dans toute la ville et notamment aux abords du Vélodrome.  Tu as voulu nous montrer comment supporter notre club… Nous allons te montrer comment le quitter ! ​,  En quatre ans : le seul projet que vous avez réussi ? Celui d’être ridicule ! ​, ou encore  Vu que tu n’aimes pas travailler avec des Marseillais… Rentre chez toi à Paris ​, pouvait-on lire. « Toutes les banderoles sont à l’attention de (Jacques-Henri) Eyraud, lançait un supporter en pleine installation d’une d’entre elles en face du stade.Mais ce n’est pas la seule action, vous verrez bien dans la journée. 

Des scènes de chaos total

Les rumeurs d’un rassemblement de supporters avant la rencontre face au Stade Rennais allaient bon train, même les forces de l’ordre étaient prévenus, déployant ainsi un dispositif de sécurité. Dispositif trop insuffisant pour contenir un cortège de plus de 300 supporters qui a fini par dégénérer sur les coups de 14 h 30 à proximité de la Commanderie, le centre d’entraînement de l’OM. Plusieurs dizaines de torches fumigènes, pétards et feux d’artifice ont été lancées au-delà des murs d’enceinte et, dans cette cohue, une cinquantaine de supporters, dont certains cagoulés, sont même parvenus à s’introduire dans la Commanderie.

Plusieurs banderoles ont été déployées par les supporters marseillais aux abords du Stade Vélodrome avant la rencontre. | OUEST FRANCE

Des projectiles ont alors endommagé le bâtiment du groupe professionnel et plusieurs véhicules. Cinq arbres ont fini calciné. Des images de chaos, d’une violence sans précédent.  Cela fait treize ans que je suis joueur de l’OM. Je connais tout de ce club, je sais l’amour et la frustration qu’il peut susciter. […] Nous sommes des joueurs de football et une crise sportive ne peut en aucun cas justifier un tel déferlement de violence ​, a déclaré le gardien et capitaine, Steve Mandanda dans un communiqué. Ce dernier, avec Valentin Rongier, Álvaro González et l’entraîneur André Villas-Boas sont même sortis du bâtiment, protégés par les stadiers, pour faire face à la fronde des supporters selon La Provence, avant de se réfugier à l’intérieur alors que plusieurs vitres explosaient.

Le défenseur central, Álvaro, a subi un jet de projectile dans le dos.  C’est le joueur le plus apprécié par les supporters qui est visé, c’est quand même paradoxal ​, lançait un habitué aux abords du Vélodrome en début de soirée. Le joueur a posté un message dans la soirée sur son compte Twitter, affirmant qu’il  allait bien ​. Mais forcément impacté mentalement.

« Ce n’était plus un problème de football »

Au final, l’intervention des policiers arrivés en renfort a permis de procéder à 25 interpellations et  l’OM possède tous les éléments de preuve. Les plaintes seront déposées dans les prochaines heures pour faire valoir les droits du club à l’encontre de cette barbarie ​, selon un communiqué de l’Olympique de Marseille.

Les évènements ont contraint la LFP à reporter ce match de Ligue 1 à une date ultérieure.  Compte tenu de la gravité des incidents et de la situation de l’OM, la LFP a pris la décision de reporter la rencontre ​, a affirmé Arnaud Rouger, le directeur général exécutif de la LFP, au journal L’Équipe avant de confirmer,  vu le contexte, ce qui n’était pas possible à 21 h le samedi, ne pouvait le devenir à 15 h le lendemain. 

Le Stade Rennais arrivait en terre marseillaise avec des ambitions de victoire, dans un match crucial pour les places qualificatives à l’Europe. Opposé à une bête marseillaise blessée, venant d’enchaîner trois revers consécutifs. Dans plusieurs semaines, les dynamiques des deux équipes seront différentes, mais consulté avant la décision de report, Rennes a accepté, en bon samaritain.  C’est un problème d’ordre public, ce n’était plus un problème de football ​, a sobrement répondu Nicolas Holveck à nos sollicitations. Seul point positif, les Rennais seront plus frais pour affronter Lorient ce mercredi au Roazhon Park.

Partager cet article
Plusieurs centaines de supporters marseillais se sont rassemblés autour de la Commanderie, le centre d’entraînement de l’OM, samedi après-midi, avant d’allumer fumigènes, pétards et feux d’artifice.

Stade Rennais. Le récit de la journée du match reporté face à l’OMOuest-France.fr

Continue Reading
Comments