Connect with us

Politique

difficile de ne pas croire au complot (Par Coumba Ndoffène DIOUF)

Published

on


Vous convoquez quelqu’un pour répondre au juge. Vous lui barrez la route sous motif qu’il ne doit pas passer là où il veut passer. Et vous l’arrêtez pour trouble à l’ordre public, après l’avoir bloqué. Pourtant, ses avocats sont même venus en voiture pour l’emmener au tribunal ; avant de s’opposer au refus catégorique des gendarmes. N’était-il pas plus simple d’escorter le convoi de SONKO et le laisser passer là où il veut. Ou d’accepter la proposition de ses avocats de le conduire au tribunal à bord de leur véhicule ? Ou bien il s’agissait de livrer Ousmane SONKO coûte que coûte aujourd’hui ?

Et le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra) de menacer la presse de sanctions pour diffusion d’images faisant l’apologie de la violence. Oubliant ou faisant semblant d’oublier que cette même presse a été éloignée de la scène de l’arrestation d’Ousmane SONKO. Auparavant, il y a eu ce discours irresponsable du préfet de Dakar qui demande « d’utiliser les gaz lacrymogènes pour disperser la foule, y compris les journalistes ». D’ailleurs, les journaliste sont empêchés de faire normalement leur travail depuis la levée de l’immunité parlementaire.

Sélectionné pour vous : Arrestation de Ousmane Sonko : Le cri de coeur de Jean-Luc Mélenchon

Considérant tout ceci, il est difficile de ne pas penser à une volonté du régime de vouloir liquider un adversaire politique. Toutefois, s’il s’avère que c’est un complot monté contre Ousmane SONKO, le combat contre l’injustice n’aura pas comme candidats que les «patriotes». En tous cas, le doute devient de plus en plus grandissant. L’avenir nous édifiera !

Coumba Ndoffène DIOUF

Continue Reading
Comments