Connect with us

incendier un véhicule de l'armée

Livré à lui-même, un malade mental a failli commettre l’irréparable

Published

on


Ce qui vient de se passer à Louga, remet sur la table la vieille histoire des malades mentaux livrés à eux-mêmes, et qui peuvent être dangereux.  Les faits se sont produits au camp militaire Général Coumba Diouf Niang de Louga où se trouve le 22ème Bataillon de reconnaissance et d’appui (BRA). Selon le témoin de ce mercredi, un malade mental a tenté, dans la nuit du 13 au 14 Février 2021, d‘incendier un véhicule de l’armée après avoir escaladé le mur de la caserne.

Heureusement, la sentinelle, ayant aperçu un feu sous l’engin,  s’est précipitée pour l’éteindre. Pendant ce temps, le pyromane avait réussi à prendre la fuite laissant sur place des allumettes, un exemplaire du Coran, une veste militaire. mais aussi des chaussures «Geox», dont les traces ont permis à la gendarmerie d’identifier Khalifa Koné comme l’auteur de l’incendie avorté.  Ce dernier est un malade mental errant, et ex pensionnaire du Village d’enfants SOS de Louga, ç en croire un encadreur du village qui s’est confié au Témoin :  «Dès sa naissance, il a été jeté par sa mère avant d’être ramassé et confié au village SOS de Louga. Il est sans parents connus. Atteint d’une maladie mentale, il a été expulsé du village à l’âge adulte. Car le village n’a pas pour vocation de garder des jeunes majeurs bien qu’il les aide à réussir leur entrée dans la vie d’adulte. Vraiment son cas est triste !»

Sélectionné pour vous : Parcelles Assainies : Triste fin pour un malade mental

Arrêté par la gendarmerie, le pyromane du 22e Bra a été transféré et déféré au parquet de Dakar où il a été immédiatement placé sous mandat de dépôt. Le mandat de dépôt pour un malade mental… »C’est à l’asile psychiatrique qu’il aurait dû être interné ! », s’est offusqué le quotidien de Sacré-Cœur dans sa livraison du jour.

Continue Reading
Comments