Connect with us

Religion

Sénégal: Vote religieux quand le Ndiggel perd sa force !

Très loin de l’époque où le soutien des khalifes généraux ou guides religieux était d’un grand apport aux leaders politiques, l’injonction de vote ne pèse plus. On se souvient que le Président Léopold Senghor avait la sympathie de Khalife général des Tidianes, Serigne Babacar Sy. Entre Senghor et Serigne Fallou Mbacké, c’est aussi une complicité…

Published

on

Sénégal: Vote religieux quand le Ndiggel perd sa force !

Très loin de l’époque où le soutien des khalifes généraux ou guides religieux était d’un grand apport aux leaders politiques, l’injonction de vote ne pèse plus. On se souvient que le Président Léopold Senghor avait la sympathie de Khalife général des Tidianes, Serigne Babacar Sy.

Entre Senghor et Serigne Fallou Mbacké, c’est aussi une complicité cordiale, en atteste le discours prononcé lors de l’inauguration de la grande mosquée de Touba le 7 juin 1963.

Outre sa contribution à la construction de l’édifice, Léopold Sedar Senghor s’est adressé à son « père ». Pour lui, Serigne Fallou Mbacké l’avait adopté comme son fils. Senghor rappelle aussi le respect qu’il vouait au guide.

Léopold Sedar Senghor et Serigne Fallou Mbacké ne se sont jamais séparés jusqu’à la disparition de ce dernier le 6 août 1968. Le soutien de Serigne Fallou Mbacké a été déterminant dans la carrière politique de Senghor avec la victoire (67,8%) de celui-ci devant Lamine Gueye aux législatives de juin 1951.

Serigne Abdou Lahat Mbacké avait aussi été d’un soutien de taille au Parti socialiste (PS) d’Abdou Diouf à la présidentielle de 1988. Ces succès sont révolus.

A la présidentielle de 2000, Serigne Modou Kara Mbacké avait soutenu Abdou Diouf. Toutefois, le candidat socialiste fut battu par son farouche opposant, Abdoulaye Wade, au soir du 19 mars 2000.

Ce dernier a aussi vécu ce syndrome de soutien religieux peu bénéfique. En 2012, le défunt Khalife des Thiantacounes, Cheikh Bethio Thioune, lui avait promis une brillante réélection avec son cri de guerre (Qui s’y frotte s’y pique), une défaite s’en est suivie avec le triomphe de Macky Sall après le deuxième tour.

 » La main religieuse  » qui n’a pas d’incidences significatives sur le choix des Sénégalais est notée aux dernières législatives. Le président du comité d’organisation du Magal de Touba au temps, Cheikh Abdou Mbacké Gaïnde Fatma, a été investi comme tête de liste de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY) de Touba en 2017.

Cela n’a pas empêché le revers de la coalition présidentielle à la cité religieuse qu’elle cherchait tant à contrôler. Quand l’ancien maire de Dakar Khalifa Ababacar Sall a eu des démêlées avec la justice à cause de la caisse d’avance de la mairie de Dakar, le soutien manifeste du responsable moral des moustarchidines, Serigne Moustapha Sy, n’a pas mis un terme à la procédure judiciaire.

Récemment, la position prise par le représentant du khalife général des mourides à Dakar, Mbakiyou Fall, manifestant une proximité avec le président de la République, n’a pas fait l’unanimité. Pour l’élection législative de ce dimanche 31 juillet 2022, reste à voir si l’accointance créée avec des familles religieuses sera profitable aux différentes coalitions ?

Continue Reading
Comments