Connect with us

Uncategorized

Christophe Galtier tape du poing sur la table pour les « indésirables » du PSG

La suite après cette publicité Georginio Wijnaldum, Idrissa Gueye, Rafinha, Thilo Kehrer, Julian Draxler, Ander Herrera, Layvin Kurzawa ou encore Mauro Icardi, nombreux sont les indésirables du côté du Paris Saint-Germain lors de ce mercato estival. Un terme qui a, cependant, le don d’agacer Christophe Galtier, interrogé à ce sujet dans un entretien accordé au…

Published

on

Christophe Galtier tape du poing sur la table pour les « indésirables » du PSG

,

La suite après cette publicité

Georginio Wijnaldum, Idrissa Gueye, Rafinha, Thilo Kehrer, Julian Draxler, Ander Herrera, Layvin Kurzawa ou encore Mauro Icardi, nombreux sont les indésirables du côté du Paris Saint-Germain lors de ce mercato estival. Un terme qui a, cependant, le don d’agacer Christophe Galtier, interrogé à ce sujet dans un entretien accordé au Parisien. «Justement, évoquons ces joueurs que l’on nomme les indésirables. Vous rendez-vous compte de cette appellation ? On parle de joueurs internationaux, de joueurs qui peuvent aller faire la Coupe du monde. Non, ce ne sont pas des indésirables ! Mais il y a une volonté de la part de la direction de changer les choses, d’avoir un renouvellement. Et dans ce cadre-là, on ne peut pas empiler les joueurs à chaque fois qu’un nouvel entraîneur arrive. Au final, ça fait des séances à 27, 28 éléments», a tout d’abord lancé Galtier avant d’expliquer cette volonté de dégraisser plus en détails.

«C’est difficile pour travailler, difficile pour la totalité de l’effectif mais encore plus pour ceux qui vont avoir un temps infime de jeu. Croyez-moi, sur un plan humain, rien n’a été facile. Mais j’ai voulu être franc et direct et, avec Luis, parler rapidement aux joueurs pour qu’ils aient le temps de se retourner, de réfléchir sur la situation et qu’on ne nous reproche pas, à quelques jours de la fin du mercato, de ne leur avoir rien dit. Ai-je eu tort ou raison ? Seul l’avenir le dira. Mais je suis sûr qu’on ne peut pas travailler correctement avec 28 joueurs de champ à l’entraînement, ni avec six ou sept joueurs très malheureux dans un vestiaire». Le message est passé !

Continue Reading
Comments