Connect with us

Santé

 » Le jour où j’ai capturé Seif al-Islam Kadhafi… il m’a demandé de lui tirer une balle dans la tête »

Published

on


« Il m’a demandé de lui tirer une balle dans la tête »
Il nous a expliqué qu’il avait survécu miraculeusement à un bombardement de l’Otan qui avait frappé et tué une vingtaine de ses gardes du corps un mois plus tôt. Il nous a assuré qu’il n’était pas en cavale mais avait prévu de se faire opérer au Niger, en sécurité, puis de revenir en Libye.

Des médias ont prétendu qu’il nous avait proposé de l’argent en échange de sa libération, mais c’est totalement faux. Seif al-Islam n’a jamais parlé d’argent avec nous. Ce qu’il m’a demandé, c’est de lui tirer une balle dans la tête. Je lui ai dis que c’était contraire à nos principes et il a demandé à être transféré à Zintan, d’où je suis originaire.

Nous l’avons gardé toute la nuit à notre quartier général à Ubari, et on a demandé à ce qu’on nous envoie un avion civil pour le transporter vers Zintan, à 170 kilomètres de Tripoli. Nous avons préparé une salle d’opération et fait venir des chirurgiens de haut niveau pour opérer sa main en très mauvais état. Le procureur général et la police judiciaire étaient informés.

Le lendemain de son atterrissage à Zintan, il a été opéré pendant plus de quatre heures. Mais il a eu besoin d’un suivi médical quotidien pendant près de deux mois. Dès les premiers jours de sa captivité, il nous a parlé de politique et nous a juré qu’il n’avait jamais payé de mercenaires étrangers pour venir en aide à son père. J’ai compris aussi en discutant avec lui qu’il était resté aux côtés de Mouammar Kadhafi parce qu’il n’avait pas le choix, au nom du respect pour le chef de la famille. »

Continue Reading
Comments