Connect with us

Politique

« Nous ne voterons pas un budget qui va servir à réprimer l’opposition »

Published

on


Le député de la coalition Yewwi Askan wi, Dr Mohamed Ayib Daffé a sorti la sulfateuse contre Antoine Félix Abdoulaye Diome, lors l’examen du projet de budget du ministère de l’Intérieur pour l’année 2023. Ce dernier l’accuse d’être une menace pour la stabilité politique et sociale du pays. 
 
C’est le passage qui a marqué tous les esprits lors de sa prise de parole à l’Assemblée nationale.  Le député, Dr Mohamed Ayib Daffé n’a pas raté d’un iota le ministre Antoine Félix Abdoulaye Diome. Selon ce dernier, en se basant sur le rapport de 2021, « les exécutions illégales ou arbitraires y compris les exécutions extrajudiciaires commises par le gouvernement ou en son nom font légion :  tortures ou châtiments, traitements cruels et dégradants commis par le gouvernement ou en son nom, conditions carcérales pénibles délétères, arrestations et détentions arbitraires, prisonniers politiques, non-indépendance du système judiciaire, confiscation de la liberté de la presse, violence ou menaces de violences contre les journalistes, censurés et incrimination de la diffamation ». Ainsi, a-t-il interpellé le ministre, en ces termes : « Dans ce sombre tableau, votre responsabilité est engagée. Militarisation de la Police, collusion avec les nervis, permis de tuer et de torturer les forces de défense et de sécurité, 14 personnes ont perdu la vie lors des manifestations de mars 2021. 3 personnes tuées le 17 juin 2022, dont bon nombre de décès sont assimilables à l’arme à feu. Ces personnes sont mortes de l’usage excessif de la force juste pour avoir voulu exercer leurs droits constitutionnels de manifester. Des interdictions de manifestations pacifiques condamnées par la Cour de justice de la Cedeao. Des familles de victimes exigent toujours des enquêtes rapides, approfondies, impartiales, efficaces, transparentes pour des cas de violation des droits humains commis par des Fds », liste-t-il. Pour lui, les « personnes soupçonnées d’être responsables de ces morts doivent être traduites en justice ». Il a aussi évoqué le cas de Karim Wade et de Khalifa Sall.« Vous êtes désigné à tort ou à raison comme étant l’homme des complots politico-judiciaires : complot contre Karim qui a échoué, contre Khalifa Sall qui a échoué, complot contre Ousmane Sonko qui a échoué. Le guet-apens électoral contre la coalition Yewwi-Wallu, vous avez lamentablement échoué parce que présente à l’assemblée avec 80 députés ».  Poursuivant, il estime que le ministre est disqualifié pour organiser   les élections de 2024. Sur ce, il exige dans la foulée un ministre chargé des élections non partisan et neutre. «Vous êtes une menace à la stabilité politique et sociale du Sénégal. Vous en êtes vous-mêmes, un risque budgétaire. On doit vous inscrire dans le document des registres des risques au même titre que la guerre russo-ukrainien que le Covid ».  
 
Pour Mohamed Ayib Daffé, ils ne vont pas voter un budget qui va servir à réprimer l’opposition. « Voilà les multiples raisons qui font que nous n’allons pas voter ce budget. Puisque, nous n’allons pas voter un budget qui va servir à réprimer l’opposition, à mater les combattants de la démocratie, étouffer des journalistes, réprimer les Sénégalais. Nous n’allons pas voter un budget qui va servir à planifier un mandat anticonstitutionnel et illégal, mais un ministre à l’intérieur et impartial qui assure l’égalité de tous les citoyens devant la loi », dit-il.

Continue Reading
Comments