Connect with us

Politique

Thiès, à l’heure de la seconde vague

Published

on


Face à la propagation du coronavirus, l’Etat sénégalais a pris beaucoup de mesures : l’interdiction de la vente d’aliments au sein des écoles en fait partie. Mais est-ce respectée ? A Thiès, pas totalement.

A Thiès, les chefs d’établissement ne sont pas en osmose pour ce qui est de l’interdiction de la vente d’aliments au sein des écoles. A l’école Cheikh Souleymane Diouf de Diakhao, le directeur Mr Sène reste conforme à la décision du ministre. Il veille sur ses élèves. « Je ne permets l’accès à aucun vendeur au sein de l’école sauf si un autre arrêté sort et qu’il permette la vente des aliments au sein des écoles », avance-t-il d’emblée.

Sélectionné pour vous : Coronavirus : Thiès, Kaolack puis Touba en tête, voici d’où proviennent les 136 cas communautaires recensés ce mercredi

Il sensibilise ainsi les parents les invitant à donner le manger à leurs enfants « avant qu’ils ne viennent puisque l’école ne rouvre ses portes qu’à 13h, pour la descente ». Mr Sène indexe les directeurs des autres établissements et leur demande de prendre leurs responsabilités à ce niveau.

Et c’est sur cette même lancée que se prononce Mme Yaye Aïssatou Ndiaye, directrice de l’école Gabriel Ndione. Laquelle a fermé ses portes aux vendeurs depuis le mois de mars mais dans des conditions difficiles. « Il existe une certaine relation amicale entre les vendeurs et moi », dira-t-elle. « Certains ont compris que c’est pour la protection des enfants mais d’autres l’ont mal pris », témoigne la directrice de l’école Gabriel Ndione. Mme Fall interpelle aussi les parents à veiller sur l’alimentation de leurs enfants.

Par contre dans certains établissements, cette mesure est loin d’être respectée. A se demander si les responsables desdites écoles sont conscients de la 2e vague et de ses dégâts.

Maman Mboup, correspondante à Thiès.

Continue Reading
Comments