• Sport
  • Cyclisme

L’édition 2020 de l’« enfer du Nord » avait été reportée à l’automne en raison de la pandémie de Covid-19, avant que la situation sanitaire, toujours difficile, force les organisateurs à l’annuler, en octobre.

Des cyclistes de l’équipe Lotto-Soudal en reconnaissance sur le trajet de Paris-Roubaix, le 11 avril 2019.

Vers une nouvelle annulation ou un nouveau report de Paris-Roubaix ? C’est ce qu’a laissé entendre le préfet des Hauts-de-France lundi 22 mars, en raison de la situation sanitaire. L’édition 2021 de la course cycliste est jusqu’à présent prévue pour le 11 avril.

Interrogé sur France Bleu Nord à propos du maintien de la course, Michel Lalande a répondu : « C’est une excellente question. Je vous garantis le scoop quand viendra le temps de la réponse, mais vous pouvez la deviner. » « Je vois le ciel moins bleu », a-t-il ajouté, se montrant perplexe aussi sur le fait que des courses sont organisées en Belgique : « Il faudra m’expliquer la cohérence avec les gestes barrières et tout le reste ».

L’édition 2020 de l’« Enfer du Nord » avait été reportée à l’automne en raison de la pandémie de Covid-19, avant que la situation sanitaire, toujours difficile, oblige les organisateurs à l’annuler, en octobre. Le Tour de France, lui, avait pu avoir lieu en août 2020, dans une version aménagée, afin de respecter les règles sanitaires.

Célèbre pour ses secteurs pavés, dont le plus connu est la trouée d’Arenberg, Paris-Roubaix, qui a vu le jour en 1896, est l’un des cinq « monuments » de la saison cycliste. Elle fait partie des plus grandes courses se déroulant sur un jour, hors championnat du monde.

Lire aussi Tour de France 2021 : une double ascension du Mont Ventoux et deux contre-la-montre au programme

Le Monde avec AFP

Contribuer