Connect with us

Economie

Les prix de produits de première nécessité ont flambé

Published

on


L’Approche des fêtes de « Korite » occasionne chaque année la flambée des prix de denrée de  première nécessité. Si les uns confirment cette assertion, d’autres par contre balayent d’un revers de main de telles affirmations.  Sur un échantillon de trois (03) marchés, 3 dépôts de grossistes, 3 magasins détaillants et 4 clients ont été visités en ce jour. Exclusif.net a obtenu des informations vérifiées et vérifiables. REPORTAGE.

Il est 6 heures 30 minutes du matin. Le marché de Médina grouille de monde. Les femmes et les pousse-pousse se heurtent dans les allées réservées pour piétons.Le bruit des klaxons des voitures dérangent même l’âme. Devant les grossistes, on voit rarement de clients qui s’adonnent à la tâche d’achats. Après avoir fait le tour de deux magasins de grossistes, nous pouvons avoir le coeur net d’affirmer que le prix selon ces derniers varient en fonction de la période, mais également par rapport la qualité des produits. Si l’on se fit sur les dires de Baye Fall, le prix de l’ognon est stable.

En réalité, le sac de 50 kg  de l’ognons varié entre 12.000 F de nos francs CFA et le sac de 25 kg  à 6.000 jusqu’à 6.500 F CFA pour seulement l’ognon provenant du fouta, appelés « sobellet Fouta ». Par rapport celui importé en Inde, le prix dans ce cas varié aussi. Le coût est de 13.500 à 14.500 CFA.Contrairement cette année où toujours d’après nos informations,le prix est passé à la vitesse supérieure. Non seulement,il faut noter la rareté des produits et des clients sans passer sous silence sur la cherté des denrées alimentaires de première nécessité dans ce contexte de pandémie.Pour couronner le tout,les détaillants ont juste augmenté 500 F comme bénéfice.

Cette augmentation n’a pas laissé indifférent cette mère de famille. Interrogée sur cette situation, elle affirme qu’elle a attendu ce jour croyant que la rareté des clients pouvait faire reculer les vendeurs (grossistes,détaillants etc.)  Mais la surprise fut grande quand elle remarque que les prix n’ont pas bougé d’un iota.

« J’étais venu hier pour acheter des produits. Mais les prix étaient très chers. Je ne pouvais pas supporter. C’est la cause pour laquelle je suis revenue aujourd’hui avec l’idée que j’aurai la chance de tomber sur la baisse des prix.Jusqu’à 10 heures,les vendeurs ont refusé de baisser les prix. Finalement,je suis obligée d’en acheter », affirme-t-elle dans un état désespéré.

Même son de cloche chez Mariama Ndiaye. La trentaine révolue a soutenu que les prix sont inacceptables pour les « googorlu », (débrouillards,ndlr). « Chaque année, ce sont les mêmes situations et problèmes. Les prix sont très chers à notre porté. Si on espérait passer de bonne fête,on s’est retrouvée dans une impasse », argue-t-elle. 

Nous avons par la suite voulu s’informer sur la situation qui prévaut au marché Castors après quelques minutes seulement de route. Ici,non seulement les magasins des grossistes ont baissé rideaux, mais aussi la plupart des grossistes qui ont ouvert leurs places ne sont pas les propriétaires des magasins et ils ne veulent pas s’exprimer de crainte que cela peut entacher leur commerce. Il y a aussi une chose très importante à savoir,ce que le clientèle est rare contrairement au Marché Médina.

Cependant,nous avons interrogé quelques magasins. Répondant au nom de Cheikh Ass, la quarantaine a officié dans ce magasin depuis seulement une durée de 4 mois. Pour lui, les prix de denrée de première nécessité ont flambé dès l’annonce de la préparation de la fête de Korite Mais il reconnait quand même que les prix ont augmenté. Si l’on croit à ce vendeur de grossiste l’augmentation des prix est due à l’importation des produits et aussi à cause de la préférence des clients.

Parce que, soutient-il, que quand les clients préfèrent ou achètent tout-court l’ognon provenant de l’Inde comme prétexte que l’ognon que « Fouta » est dépourvue de qualité et sa conservation ne dure pour quelques jours. En plus, selon toujours notre interlocuteur, l’ognon contient de l’eau. En se basant sur ces remarques,l’ognon plus convoité, celui de l’Inde coûte 12.500 FCFA le sac de 50 kg et le sac de 25 kg à 7.000 CFA. Ainsi,le kilogramme de la pomme de terre varie entre 13.000 FCFA le sac de 50 kg et 6.500 FCFA celui de 25 kg.

Bien vrai que les deux marchés ont déjà donné une idée sur la situation, mais nous avons pris la tangente directement au marché de Grand Yoff. Après investigation, nous avons remarqué que ce sont les mêmes prix que le marché de Castors. La différence là, est que la plupart des commerçants en détaille approvisionnent leur marchandises au marché Castors pour le vendre à une modique somme estimée à 200 FCFA de bénéfices.

Outre, les clients à ce jour de Korite, sont presque rares. Ayant ciblé quelques-uns, les clients sont dans tout leur état. Pour cause,l e kilogramme de l’ognon à  6.0000 FCFA n’est pas apprécié.Aussi,la pompe de terre qui coûtait 5.000 FCFA est monté d’un cran d’on ne sait par quelle magie.

A côté des vendeurs, ils accusent les grossistes comme étant les responsables des flambés des prix . De toute façon, on peut après cette Enquête, confirmée que l’Etat ne joue pas son role régalien. 

 

Continue Reading
Comments