Connect with us

Santé

« Nous préférons être emprisonnés que de voir nos parents mourir dans cet hôpital »

Published

on


Guy Marius accompagné de Y’en a marre et de Vision Citoyenne, annonce une marche dont ils attendent toujours la réponse du préfet de Ziguinchor. Ils comptent marcher pour dénoncer les difficiles conditions de travail des agents de l’hôpital régional de Ziguinchor. 
  
« Après accouchement, deux femmes partagent le même lit. C’est ce qu’on constate à l’hôpital régional de Ziguinchor. C’est l’extase et le summum. Ce qui est aussi déplorable, c’est c’est que sur les 1000 agents que le ministère a recrutés, Ziguinchor n’a que deux agents. Je vous invite à venir en masse devant l’hôpital régional le mardi 25 mai pour dénoncer ces illégalités et inégalités », dénonce Guy. 
  
« Nous avons déjà déposé une lettre d’information à la préfecture. Depuis une semaine, le préfet n’a toujours pas répondu. Nous lui disons qu’une manifestation est un droit constitutionnel. Que le préfet se le tienne pour dit, qu’il l’autorise ou pas, nous marcherons. Nous préférons être gazés ou chicotés que de laisser nos mamans mourir. Nous préférons être emprisonnés que de voir nos parents mourir dans cet hôpital. Chaque jour, des patients meurent à cause d’un manque d’urologue, d’anesthésiste  de réanimateur, de manque de matériel. Nous exigeons le relèvement du plateau médical! »

600 MILLIONS DE DETTE

Face à la presse ce dimanche dans l’enceinte de l’hôpital régional de Ziguinchor, Guy Marius Sagna accompagné de Kilifeu de Y’en a marre et de Madia Diop Sané de Vision Citoyenne, est revenu sur la dette de la CMU. 

« J’interpelle le directeur de la Cmu en lui disant que nous sommes au courant du versement des 169 millions dus à l’hôpital régional après notre point de presse. Nous saluons mais disons que c’est insuffisant. La dette dépasse les 700 millions. Le directeur de la Cmu a fait signer un pacte au directeur de l’hôpital pour dire qu’en versant cette somme, c’est toute la dette qui est épongée. L’hôpital va perdre les 600 autres millions. Ce que nous n’accepterons jamais. Que le directeur se le tienne pour dit », fulminera l’activiste. 

Du reste, il précise à l’endroit  du directeur de la CMU : « c’est vous qui nous avez contactés pour une rencontre. Et pour la deuxième fois, nous vous attendons. Nous exigeons les 600 millions. Nous vous disons que nous aurons une forte délégation constituée de toutes les couches de la société civile… »

Continue Reading
Comments