Connect with us

millions

Les bandes audio de Florentino Perez étaient en vente à 6 millions d’euros

Les pistes audio de Florentino Perez discréditant plusieurs joueurs et entraîneurs du Real Madrid, publiées cette semaine par El Confidencial, circulaient déjà il y a plus d’un an et étaient proposées à 6 millions d’euros à qui voulait bien les acquérir. Florentino Perez l’a lui même confirmé dans son communiqué, si ces enregistrements ne sont…

Published

on

Les bandes audio de Florentino Perez étaient en vente à 6 millions d’euros

Les pistes audio de Florentino Perez discréditant plusieurs joueurs et entraîneurs du Real Madrid, publiées cette semaine par El Confidencial, circulaient déjà il y a plus d’un an et étaient proposées à 6 millions d’euros à qui voulait bien les acqué,

perez

Les pistes audio de Florentino Perez discréditant plusieurs joueurs et entraîneurs du Real Madrid, publiées cette semaine par El Confidencial, circulaient déjà il y a plus d’un an et étaient proposées à 6 millions d’euros à qui voulait bien les acquérir.

Florentino Perez l’a lui même confirmé dans son communiqué, si ces enregistrements ne sont jamais arrivés jusqu’aux oreilles du grand public, c’est parce qu’il fallait pour cela d’abord les acheter. De telles révélations sur le président du Real Madrid ont forcément un prix, au moins à la hauteur de l’onde de choc provoquée par leur diffusion soudaine en Espagne.

C’est d’ailleurs ce qu’affirme le journaliste de TeleMadrid et OndaMadrid, Ramón Fuentes. Selon cette source, ces pistes audios étaient sur le marché il y a encore un an à un prix « proche des six millions d’euros »… Une somme que le média El Confidencial aurait donc été disposé à débourser.

Quant au côté éthique de ces révélations, Perez a peut-être du soucis à se faire. Le président du Real va porter plainte, mais rien ne dit qu’il obtiendra gain de cause. En effet, Emilio Cortés, professeur de droit pénal, expliquait lundi soir dans l’émission El Partidazo de la COPE que l’enregistrement d’une conversation ne constitue pas un délit s’il est effectué par une personne participant à la conversation, même s’il est fait sans le consentement de l’autre personne enregistrée. Il ne s’agirait d’un délit que si l’enregistrement était réalisé par une personne qui ne participe pas à la conversation.

Quant à sa diffusion, toujours selon ce spécialiste en droit, elle n’est pas considérée comme un délit si elle est d’intérêt public… Voilà un dossier des plus inattendus dont se serait bien passé Florentino Perez, d’autant qu’il semblerait que El Confidencial n’ait pas encore fini de dévoiler de nouvelles bandes.