Connect with us

sortie

Comment l’ASSE est sortie du chaos pour prendre un point contre Angers

Après un coup d’envoi retardé de 59 minutes, le temps de rafistoler les filets brulés par des fumigènes, Saint-Étienne a arraché le nul dans une ambiance électrique. Les joueurs n’ont pas pu commencer le match à l’heure à cause de plusieurs jets de fumigènes avant le coup d’envoi. (B. Papon/L’Équipe) Après un coup d’envoi retardé…

Published

on

Comment l’ASSE est sortie du chaos pour prendre un point contre Angers

Après un coup d’envoi retardé de 59 minutes, le temps de rafistoler les filets brulés par des fumigènes, Saint-Étienne a arraché le nul dans une ambiance électrique.,

Après un coup d’envoi retardé de 59 minutes, le temps de rafistoler les filets brulés par des fumigènes, Saint-Étienne a arraché le nul dans une ambiance électrique.

Les joueurs n'ont pas pu commencer le match à l'heure à cause de plusieurs jets de fumigènes avant le coup d'envoi. (B. Papon/L'Équipe)

Les joueurs n'ont pas pu commencer le match à l'heure à cause de plusieurs jets de fumigènes avant le coup d'envoi. (B. Papon/L'Équipe)

Les joueurs n’ont pas pu commencer le match à l’heure à cause de plusieurs jets de fumigènes avant le coup d’envoi. (B. Papon/L’Équipe)

Après un coup d’envoi retardé de 59 minutes, le temps de rafistoler les filets brulés par des fumigènes, Saint-Étienne a arraché le nul dans une ambiance électrique.


Bernard Lions

mis à jour le 23 octobre 2021 à 01h56

La soirée s’annonçait brûlante. Elle le fut, vendredi soir, au stade Geoffroy-Guichard. Avant même d’ailleurs que les Verts, admirables de courage, n’égalisent dans la dernière minute du temps additionnel, faisant exploser une seconde fois le Chaudron de joie (90e + 4). Jusqu’à l’entrée sous les huées des joueurs pour l’échauffement, il s’était figé en cathédrale. Aussi glaciale que celle qui trône sur la place Jean-Jaurès, au coeur de la cité. Désormais déserté par les spectateurs, le stade ne l’était pas par les derniers supporters des Verts. Mais ils avaient décidé de faire la grève des encouragements, prenant place dans la partie haute des kops et préférant continuer à mettre la pression par banderoles interposées. Sur la première, on pouvait lire : « Puel, dirigeants, joueurs, tous responsables de ce chaos ».

Continue Reading
Comments