Connect with us

Politique

Les dessous d’une audience d’un guppy politique

Published

on


Dans son dessein de « réduire l’opposition à sa plus simple expression », Macky Sall fait face à la résistance patriotique menée par PASTEF, sous la direction d’Ousmane Sonko.
Il aura tenté toutes les possibilités à sa portée : diabolisation, coup bas, violence multiforme, débauchage des maillons les plus vulnérables de PASTEF, etc.

N’arrivant pas à « pêcher un gros poisson » dans les eaux houleuses de ce parti, Macky s’agrippe désespérément aux guppys politiques.
Le pauvre petit poisson pris dans les filets du Macky en déliquescence avancée, à force de rafistolages, n’est en réalité qu’un faire-valoir exhibé comme une proie capturée à la dernière minute pour narguer le parti PASTEF.

Le fait que cela soit un des coordinateurs du parti au Fouta, précisément à Matam, soi-disant titre foncier usurpé par le président de l’APR, n’est pas fortuit.

Macky et ses suppôts qui le représentent sur le terrain savent que, de plus en plus, les populations du Fouta ont compris son jeu qui consiste à les utiliser comme du bétail électoral.

De guerre lasse, ils déploient toute leur énergie pour ne pas perdre ce qu’ils considèrent comme leur dernier bouclier en cas de pépin.
A travers des mouvements de contestations sans précédent, cette zone jadis à l’écart des soulèvements et protestations d’ordre politique, est en train de montrer sa ferme détermination à assurer le rôle de chef de la cordée.

Pour en revenir à cette audience controversée, Macky Sall, dans sa vaine entreprise de démanteler l’opposition, reçoit au palais un certain Djibril Ngom, pour faire croire à une dislocation de PASTEF dans le Fouta, principalement à Matam.
Ce qui est archi faux !

Djibril Ngom est parti rejoindre le camp présidentiel, seul, comme en atteste sa triste audience, où il est obligé de se rendre en catimini, pour se faire humilier publiquement devant tout le peuple sénégalais.

Le camp présidentiel a manifestement choisi délibérément de rendre publique cette audience de la honte pour tenter de saper le moral de PASTEF et donner l’impression de tuer ce parti dans cette zone qui est en train de lui échapper et de sécréter des vagues de contestation de plus en plus foudroyantes.

Malheureusement pour lui et ses responsables de communication, les images largement partagées sont surchargées d’indices qui en disent long sur les tenants et les aboutissants de cette audience.
Par la même occasion, le locataire du palais, en fin de contrat, donne raison à Ousmane Sonko. Celui-ci a attiré l’attention des Sénégalais sur la capacité de Macky Sall à descendre dans le fond des caniveaux pour y extraire des débris politiques.

Amadou Sow
MONCAP/PASTEF