Connect with us

Uncategorized

OM-Troyes: « je ne fais pas caca à la culotte », Rami confirme sa blessure à sa manière

Auteur d’un match très solide face à Marseille (1-0) dimanche, Adil Rami a quitté ses partenaires sur une blessure à la cuisse. Il a conté cette petite contrariété avec le sourire.Il ne manquait que le public. Mais Adil Rami (36 ans) a savouré son retour au stade Vélodrome, dimanche lors de la rencontre entre l’OM…

Published

on

OM-Troyes: « je ne fais pas caca à la culotte », Rami confirme sa blessure à sa manière

Auteur d’un match très solide face à Marseille (1-0) dimanche, Adil Rami a quitté ses partenaires sur une blessure à la cuisse. Il a conté cette petite contrariété avec le sourire.,

Auteur d’un match très solide face à Marseille (1-0) dimanche, Adil Rami a quitté ses partenaires sur une blessure à la cuisse. Il a conté cette petite contrariété avec le sourire.

Il ne manquait que le public. Mais Adil Rami (36 ans) a savouré son retour au stade Vélodrome, dimanche lors de la rencontre entre l’OM et Troyes (1-0). Positionné au marquage de Dimitri Payet, son ancien partenaire qu’il n’a pas lâché d’une semelle, le défenseur a livré un match solide avant de sortir à la 79e minute en raison d’une douleur ressentie à la cuisse. Jamais avare d’une sortie ironique ou potache, l’ancien international français s’est amusé de ce petit contretemps physique.

« Quand je sors, moi je ne suis pas un fayot »

« Ah oui oui, je me suis blessé, a-t-il confirmé. Ah quand je sors, moi je ne suis pas un fayot. Sérieusement, bien sûr, je ne fais pas caca à la culotte. J’ai senti un petit truc et franchement… Ouais, j’ai un petit truc à la cuisse, à l’ischio. »

Voilà pour le bilan médical, sauce Rami. Pour le reste, l’ancien joueur de Lille ne s’est pas davantage retenu, notamment au moment d’évoquer son licenciement de l’OM en 2019 deux ans après son arrivée, par Jacques-Henri Eyraud, alors président.

« J’ai été heureux ici, rappelle le champion du monde 2018. Il y a eu une très bonne saison et une deuxième moins bonne, de ma part. Connaissant mon caractère, j’étais parti en pré-saison avec pour ambition de tout déchirer la troisième année, parce que j’aime ce challenge, je suis comme ça et on ne peut pas me changer. Et puis, on m’a coupé l’herbe sous le pied. Ça m’a fait mal. Derrière, ce qui m’a fait le plus mal, c’est qu’on a mis du temps à comprendre où était le problème. On a essayé d’influencer la ville de Marseille, les supporters, contre moi. Derrière, le temps et le karma ont fait les choses. »

Continue Reading
Comments