Connect with us

Uncategorized

Billet d’humeur

C’est la dernière chance, celle qui peut éviter un triste dénouement à une saison pourtant exceptionnelle. À la fin de la semaine, nous connaîtrons le nom du Champion du monde 2021 de Formule 1, au terme d’un ultime épisode disputé sur le circuit remanié d’Abu Dhabi. Les deux prétendants s’y présenteront à égalité de points, du…

Published

on

Billet d’humeur

À bout de souffle, en pleine guerre des nerfs, la Formule 1 a encore tout pour sortir grandie de cette saison 2021. Aux acteurs de ne pas décevoir dans les heures qui viennent.,

C’est la dernière chance, celle qui peut éviter un triste dénouement à une saison pourtant exceptionnelle. À la fin de la semaine, nous connaîtrons le nom du Champion du monde 2021 de Formule 1, au terme d’un ultime épisode disputé sur le circuit remanié d’Abu Dhabi. Les deux prétendants s’y présenteront à égalité de points, du jamais vu depuis 1974. Autrement dit, celui qui devancera l’autre sera sacré… à moins d’un scénario clairement redouté : un accrochage, une manœuvre polémique ou même une mise hors course des deux protagonistes, qui profiterait alors à Max Verstappen.

Dans un autre contexte, tout serait réuni pour attendre avec une grande impatience et une forme d’excitation cette finale entre le Néerlandais et Lewis Hamilton. Sauf qu’au lendemain d’un Grand Prix d’Arabie saoudite à l’allure parfois surréaliste, l’on ressent plutôt une crainte ou, a minima, une méfiance légitime avant d’assister au duel final. Depuis Silverstone, l’escalade n’a jamais cessé et l’on ne compte plus les épisodes qui ont agrémenté le combat. Une opposition qui met aux prises deux pilotes hors norme, ça ne fait pas l’ombre d’un doute, mais n’a été que trop polluée par les polémiques.

Inutile de revenir sur tel ou tel incident, de refaire le monde avec des calculs ou des hypothèses. Inutile, aussi, de chercher à déterminer qui a raison ou qui a tort dans une séquence où, week-end après week-end, de nombreux discours sont devenus illisibles dans une guerre des nerfs où (presque) tous les coups sont permis. Inutile. Pas pour bêtement mettre la poussière sous le tapis, mais parce que ce n’est plus le moment.

Ce moment se présentera de nouveau, plus tard. Il sera alors temps de se poser des questions qui ont toute leur place dans le débat autour de ce qu’est aujourd’hui la F1. Il sera alors temps de se pencher sur ce qui pourrait être mieux fait. Il sera alors temps de réfléchir au rôle central du régulateur, comme soulevé par la rédaction dans un précédent billet d’opinion. Il sera alors temps de poser un regard plus froid sur cette saison, de dissocier ce qui en a fait un grand cru de ce qui lui a nui. Il sera temps. Bientôt… mais pas tout de suite. L’urgence est ailleurs.

Max Verstappen interrogé par David Coulthard à l'arrivée du GP d'Arabie saoudite.

Max Verstappen interrogé par David Coulthard à l’arrivée du GP d’Arabie saoudite.

L’urgence, c’est de conclure en beauté un championnat qui le mérite. Est-ce utopiste d’y croire encore ? Le scénario de cette campagne a de quoi faire douter et laisse imaginer le contraire, mais tout espoir n’est pas tout à fait perdu. Le rendez-vous d’Abu Dhabi est celui de la dernière chance, à condition que tous les acteurs y soient à la hauteur : Max Verstappen et Lewis Hamilton en tête, évidemment, mais également leurs patrons respectifs et, par-dessus tout, les instances dirigeantes.

L’enjeu est colossal, qui le nierait ? Le caractère des uns et des autres ne changera pas comme par magie, acceptons-les avec leurs qualités comme leurs défauts. Le contexte, les précédents et la tension seront toujours là, indélébiles. Restent le sport, le combat, la soif de gagner sur la piste le droit d’entrer dans l’Histoire ou de s’y faire une place plus grande encore. L’essence même de ce qui fait frissonner tout passionné, peu importe son poulain.

À l’heure où les compteurs sont presque comme remis à zéro, à l’heure de ce que l’on peut comparer à une finale de Coupe du monde, les responsabilités sont immenses. Il est encore possible d’offrir ce que la majorité attend, ce que l’on peine à résumer en quelques mots mais qui s’apparente, comme une évidence, à une lutte loyale qui procurera des émotions. À l’aube d’un instant décisif, les protagonistes ont toutes les cartes en main.

Leur ultime rendez-vous de l’année est historique et le restera, quoi qu’il arrive, mais… MAIS ils ont le pouvoir soit de faire entrer cette saison au panthéon des plus belles, soit de la faire basculer dans les pages sombres des plus polémiques. S’ils parviennent à ce tour de force qu’est la première possibilité – c’en serait un, vraiment, car on ne refait pas sa nature –, alors il y aura un vainqueur incontestable et deux immenses champions.

Ensuite, promis, viendra le temps de remettre en question ce qui doit l’être. Avant, place à la dernière chance.

Continue Reading
Comments