Connect with us

Religion

Sénégal: Le nouvel Hôpital de Tivaouane réceptionné dans 18 mois

Le Président de la République, Macky Sall, a lancé, samedi dernier, les travaux du nouvel hôpital départemental de Tivaouane. Une infrastructure hospitalière d’une capacité de 300 lits d’un coût de 46 milliards de FCfa qui devrait, dans 18 mois, renforcer l’offre de soins dans une localité où les structures existantes ne garantissent plus une prise…

Published

on

Sénégal: Le nouvel Hôpital de Tivaouane réceptionné dans 18 mois

Le Président de la République, Macky Sall, a lancé, samedi dernier, les travaux du nouvel hôpital départemental de Tivaouane. Une infrastructure hospitalière d’une capacité de 300 lits d’un coût de 46 milliards de FCfa qui devrait, dans 18 mois, renforcer l’offre de soins dans une localité où les structures existantes ne garantissent plus une prise en charge optimale d’une population grandissante.

Ousseynou POUYE et Cheikh Aliou AMATH (envoyés spéciaux)

TIVAOUANE – Tivaouane va disposer, à partir de décembre 2023, d’un hôpital de niveau 3. Les travaux pour la réalisation de cet établissement public de santé ont été lancés, samedi dernier, par le Chef de l’État, Macky Sall, à Yadjine, à quelque six kilomètres de la ville sainte, sur la route nationale n°2. Une infrastructure de dernière génération d’un coût de 46 milliards de FCfa qui sera entièrement financée par l’État du Sénégal à travers le Fonds souverain d’investissements stratégiques (Fonsis). Elle va permettre de soulager les populations du département, et au-delà, selon le Président de la République. Le lancement des travaux de construction de cette infrastructure intervient  » quelques mois après l’inauguration des nouveaux hôpitaux de Touba, Kaffrine, Kédougou et Agnam et bientôt celui de Sédhiou « . Macky Sall de faire noter que l’État continue le travail de construction d’infrastructures sanitaires de haut niveau à travers le pays.  » Nous restons dans le temps de l’action, le temps de l’équité territoriale et de la justice sociale, le temps du Sénégal de tous et du Sénégal pour tous « , a-t-il soutenu.

M. Sall a, par ailleurs, souligné la pertinence d’ériger cet établissement sanitaire par les mutations connues dans la localité. Il a aussi tenu à préciser que le lancement de ce projet n’est pas lié au malheureux incendie du service de néonatologie de l’hôpital Mame Abdou Aziz Sy.  » Ce projet a été conçu bien avant parce que Tivaouane, ville sainte, principal pôle de la Tidianiya, s’est beaucoup agrandie. Et sa population s’est également accrue. Il est donc devenu nécessaire de réaliser une nouvelle infrastructure sanitaire pour répondre à ce double impératif. Parce que les capacités d’accueil de l’hôpital Mame Abdou Aziz Sy ne répondent plus à la demande de soins malgré les renforcements périodiques de son plateau technique « , a estimé le Chef de l’État.

Comme pour les hôpitaux réceptionnés il n’y a pas longtemps, le projet de celui de Tivaouane concerne, selon lui, la réalisation clé en main au bout de 18 mois. Ainsi, a-t-il demandé à l’entreprise chargée de sa réalisation (Elipse Project) et le maître d’ouvrage (Fonsis), le respect des délais pour sa livraison à date échue, c’est-à-dire en décembre 2023.  » Nous avons trois exigences : c’est la rigueur, le fast track et la qualité du travail « , a-t-il lancé.

Elhadj Malick Sy, parrain de l’hôpital

Le Président de la République n’a pas attendu l’inauguration de l’hôpital ou même la fin des travaux pour procéder à son baptême. Il a annoncé, en marge du lancement des travaux, que l’établissement de santé portera le nom du vénéré Guide de Tivaouane. Une décision bénie par son petit-fils et actuel Khalife.  » Cet hôpital, en discussion tout à l’heure avec le Khalife général, Serigne Babacar Sy Mansour, portera le nom du vénérable Seydi El Hadj Malick Sy. Ce sera donc l’Hôpital El Hadj Malick Sy de Tivaouane « , a annoncé Macky Sall, sous les applaudissements de la foule dont plusieurs membres de la famille du parrain, particulièrement Serigne Mansour Sy Dabakh, qui représentait le Khalife. Un bel hommage pour le saint homme dont le centenaire de la disparition a donné lieu à une série d’activités dans la ville et en marge duquel la pose de la première pierre a été effectuée avant le début des travaux prévu le mois prochain.

Un hôpital d’un grand standing

Construit sur un site de six (6) hectares, l’hôpital sera bâti sur une superficie de 25 000 m2 avec une organisation en pôles, renseigne un document présentant l’infrastructure. Le Pôle 1 sera ainsi constitué des Consultations externes, médecine générale et spécialités médicales avec un hôpital de jour d’une capacité de 23 lits. Le Pôle 2 sera, pour sa part, celui des Services d’aide au diagnostic (imagerie et laboratoire), du service d’accueil des urgences et de chirurgie d’une capacité de 53 lits. Dans le compartiment 3, on retrouvera le Pôle Mère-enfant avec la maternité, la néonatologie et la pédiatrie d’une capacité de 88 lits. Le Pôle Urologie – gériatrie aura une capacité de 12 lits alors que le Pôle Cardio-pneumologie sera doté de 18 lits. Dans le Pôle Hospitalisation, médecine et spécialités médicales, chirurgie et spécialités chirurgicale, 86 patients pourront être accueillis dans autant de lits. Il y a également le Pôle Oncologie médicale d’une capacité de 20 lits. Aussi, conformément à ses missions de formation et de recherche, en collaboration avec l’Université Iba Der Thiam de Thiès, l’hôpital aura un pôle Enseignement et va accueillir des étudiants de l’Ufr Santé de cette université. Ce Pôle sera doté d’un amphithéâtre de 200 places et deux salles de cours de 50 et 25 places. Avec ces différents pôles, l’hôpital va disposer d’environ 20 spécialités médicales et chirurgicales : médecine interne, chirurgie générale, gastro-entérologie, chirurgie pédiatrique, dermatologie, chirurgie orthopédique, gynécologie-obstétrique, Orl, pédiatrie, ophtalmologie, cardiologie, kinésithérapie, pneumologie, Unité grands brûlés, neurologie, néphrologie, psychiatrie, odontologie, gériatrie, oncologie médicale, imagerie médicale, laboratoire. Il disposera également d’équipements de dernière génération avec, entre autres, deux scanners, une Irm, un appareil d’angiographie, une radiographie numérique, un appareil de mammographie. Des commodités qui font dire au Chef de l’État que les populations de la localité n’auront plus besoin de se déplacer pour se soigner. Puisqu’elles auront à proximité ce dont elles ont besoin.

Encore des efforts dans le domaine de la santé

Le Chef de l’État ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Car dans le cadre du Plan Sénégal émergent (Pse) dont l’axe 2 est consacré au capital humain, la santé des populations occupe une bonne place. Il a, du coup, annoncé que la construction de nouvelles infrastructures sanitaires va se poursuivre. Ainsi,  » nous avons déjà lancé les travaux de l’hôpital de Ourossogui-Matam. Et dès le mois de septembre prochain, nous allons entamer le chantier de la reconstruction sur le site du Centre hospitalier national Aristide Le Dantec qui sera entièrement reconstruit « , a-t-il annoncé. M. Sall de souligner que, parallèlement à la construction de ces infrastructures, l’État pense également aux ressources humaines qui font fonctionner le système sanitaire.  » La qualité du système sanitaire dépend en grande partie des conditions de vie et de travail des hommes et des femmes qui l’animent. C’est pourquoi nous avons procédé à la revalorisation substantielle du traitement salarial du personnel de la santé et de l’action sociale « , a-t-il dit.

Continue Reading
Comments