Connect with us

Politique

«Nous n’accepterons pas que notre réputation soit écornée par des déclarations aussi irresponsables »

Published

on


Honorable Pape Diop,
Dans une séquence vidéo d’avant la conférence de presse au cours de laquelle vous avez annoncé votre soutien à Benno Bokk Yaakaar, vous faites état d’une relation avec « un boy de Dakaractu » au cours d’une discussion « Off » avec votre collaborateur, Mamadou Lamine Massaly. 
 
Caricaturant et d’un ton caustique, vous accusez le boy d’avoir voulu empêcher d’autres confrères de prendre part à votre face à face avec la presse. 
 
 Selon vos propres mots, « boy bo bu di ma diapalé nékk dakaractu » (le garçon de dakaractu qui m’aide) vous a appelé le matin pour vous demander de ne pas appeler tout le monde (ndlr : tous les journalistes) à la conférence de presse. Ce que vous n’avez pas accepté d’autant que vous aviez déjà lancé les invitations à toute la presse nationale et internationale. Mieux, dites-vous  « depuis une semaine, j’ai fermé mon téléphone… » Mais, là n’est pas la question…
 
Vos propos faisant état de votre relation avec le site Dakaractu qui a des relents de caricature ne passent pas. Une pilule que la direction de l’organe de presse ne peut avaler. Car n’étant ni de près, ni de loin avec vous dans une quelconque entente ou relation politique.
 
Avancer de tels propos sans citer le nom de la personne jette le discrédit sur une entreprise de presse dont la vocation est d’informer ses lecteurs et non de soutenir un quelconque bord politique de quelque manière que ce soit.
 
Dakaractu n’a mandaté personne pour vous assister ou vous aider dans votre carrière politique ou dans vos business, et cela est valable pour tous les autres acteurs politiques. 
Nous vous mettons au défi de donner son nom ou de publier un article de Dakaractu quel qu’il soit qui vous «aide» ou vous fait la part belle. 
 
Aucun journaliste de Dakaractu n’a la possibilité de contracter une quelconque relation avec un homme politique ou autre à notre profit. Toute personne qui se serait présentée à vous comme un mandant de notre organe de presse ne serait qu’un vulgaire faussaire. Nous n’avons que des relations strictement professionnelles avec les hommes publics.
 
Nous nous attelons à respecter les règles d’éthique et de déontologie qui régissent notre métier, « informer juste et vrai, mais surtout avec honnêteté. » Nous n’accepterons pas que notre réputation soit écornée par des déclarations aussi irresponsables que saugrenues. Votre parcours devrait vous permettre d’appréhender le mal que peut faire une langue fourchue.
 
Aussi, nous vous demandons solennellement et dans les formes qui vous plairont de nous donner l’identité de la personne qui se réclame de notre entreprise de presse et qui se présente à vous en conseiller. »

Continue Reading
Comments