Connect with us

Santé

Le Forum du Justiciable dissèque 13 réformes judiciaires

Published

on


Le nouveau ministre de la Justice a du pain sur la planche. Nommé fraîchement à la tête dudit ministère, le nouveau garde des Sceaux va hériter des chauds dossiers . Dans un communiqué rendu public, le Forum du Justiciable, pour une prise en charge diligente et efficiente des questions judiciaires, invite le professeur Ismaïla Madior FALL, à «accélérer» la mise en œuvre des réformes judiciaires déjà formulées par les acteurs de la justice et de la société civile.

« La mise en œuvre des réformes judiciaires posera certainement les jalons nécessaires au renforcement de notre Etat de droit. Les membres élus du Conseil supérieur de la Magistrature doivent être en nombre au moins égal à celui des membres de droit » soulignent Babacar Ba et Cie.

→ A LIRE AUSSI : Hôpital de Tivaoune : Le chef de la division maintenance obtient une liberté provisoire

En sus, poursuit le communiqué, le Forum du Justiciable demande d’ouvrir le « Conseil supérieur de la Magistrature à des personnalités extérieures reconnues pour leur expertise et leur neutralité (avocats, universitaires, société civile…)« .

Cependant, Boubacar Bâ et Cie estiment que : « la question d’Instaurer un juge de la détention et des libertés spécialement chargé de statuer sur la mise en détention provisoire et sur les demandes de mise en liberté afin de rationaliser les mandats de dépôt et d’Encadrer la détention provisoire en matière criminelle pour en limiter la durée à deux (2) ans« .

→ A LIRE AUSSI : Sénégal : 510 magistrats pour 17 millions d’habitants

De même, dans leur communiqué, Forum du Justiciable demande de privilégier « le contrôle judiciaire pour les personnes qui présentent des garanties de représentation en justice et de Rendre effective la mise en œuvre du bracelet électronique comme alternative à la détention pour désengorger les prisons« .

Pour finir, il sollicite également : « Réformer la loi n°81-54 du 10 juillet 1981 portant création de la cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) pour prévoir le droit à un recours effectif et d’Assurer l’autonomie budgétaire des juridictions ».

→ A LIRE AUSSI : Me Assane Dioma Ndiaye sort du silence sur le cas Jules Aloise P. Faye, « arbitrairement » arrêté depuis 2 mois

Continue Reading
Comments