Connect with us

Politique

Mythologie politique : le cancer de la démocratie sénégalaise ( Par Alassane K. KITAN )

Published

on


Les mythes ont ceci de fâcheux, qu’ils suppriment la réalité par le fait même qu’ils nous demandent d’avoir les yeux rivés sur le ciel, de contempler l’œuvre des dieux, non pour l’interroger , mais pour nous en émouvoir. Les mythes
abolissent la réalité en l’estampillant du sceau du péché : toute la terre est maudite, elle attend un Messie pour sa rédemption. La faculté fabulatrice est portée à son niveau comble dans la mythologie politique : les mythes sont
d’autant plus immaculés qu’ils sont inaccessibles, hors de portée des hommes.Un cortège de mensonges accompagne toujours les hommes politiques qui se sont révélés par la suite n’être que des monstres. Une couronne de calomnies est mise sur la tête des adversaires de ces mythes qui nous font payer le plus lourd tribut dans notre histoire démocratique.

Les autels de ces mythes sont imbibés de sang, car leurs prêches sont écrits avec les caractères de la haine, de la division et de la passion. Leur univers, c’est le conflit permanent où on est noir ou blanc : aucune autre possibilité n’est envisageable. Il ne faut pas faciliter la tâche aux démagogues en les rejoignant sur le terrain de la vindicte, de l’invective et de l’insulte. Le seul terrain sur lequel ils se sentent à l’aise est celui des formules et des mécanismes intellectuels : ils répètent tous la même chose ce qui leur donne l’illusion d’être
dans le vrai oubliant ainsi que les grandes vérités ont été anticonformistes, irrévérencieuses, blasphématoires par rapport aux certitudes de la masse.

Si nous voulons comprendre la nouvelle croisade des pseudos révolutionnaires contre les intellectuels, il nous faut comprendre les mécanismes sur lesquels ils s’appuient pour endoctriner les masses.

Ce texte Aldous Huxley peint de façon particulièrement réaliste les élans propagandistes et totalitaristes.

« Les intellectuels sont, de ces gens qui exigent des preuves et s’indignent des illogismes, ainsi que des sophismes. Ils considèrent l’excès de simplification comme le péché originel de l’esprit et n’ont que faire des slogans, assertions catégoriques et généralisations abusives qui constituent le répertoire du propagandiste. (…)

La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à
accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter.

Le but du démagogue est de créer la cohésion sociale sous sa propre autorité. (…) . Toutes ses déclarations sont
catégoriques et sans nuances, le tableau qu’il brosse du monde n’a pas de gris, tout y est diaboliquement noir ou
céleste-ment blanc. Selon les termes de Hitler, il doit adopter “ une attitude systématiquement partiale à l’égard de tous les problèmes qu’il a à traiter ”. Il ne doit jamais admettre qu’il a pu se tromper, ou que des gens ayant un point de vue différent pourraient avoir même en partie raison. Défense de discuter avec des adversaires; ils seront attaqués, réduits au silence ou, s’ils deviennent trop gênants, liquidés. L’intellectuel à la conscience exagérément délicate pourra être choqué par ces procédés, mais les masses sont toujours convaincues que “ le bon droit est du procédés, mais les masses sont toujours convaincues que “ le bon droit est du côté de l’agresseur ” » Retour au meilleur des mondes possibles , Chapitre V

Continue Reading
Comments